Et la tendresse, bordel !

1h41 sur un quai de métro parisien
Ptite Fun s’asseoit. Un couple la rejoint. Jeune homme en premier, Mademoiselle sur ses genoux. Ptêt un 23 ans à tout casser. Elle a de longs cheveux, et bien lissés. Lui, il est propret, et passe sa main sur son dos. Il se fait tard. Ptite Fun a encore la tête dans les nuages. Sourires, tendresse, joie, odeur. La fatigue commence à peser. Elle a aussi un peu froid. Elle est seule et va rejoindre son nid avec des hauts le coeur. Elle se dit, que c’est chouette qu’on prenne soin de l’autre si tard. Comme une couverture toute chaude et douce. Elle aimerait bien se lover, elle aussi, dans des bras, poser sa tête sur son épaule, et le sentir l’envelopper, placée sous l’aile de l’homme, comme pour lui dire : « je suis là, je veille sur toi ». Et elle aurait enfin confiance.

Quand la voix du jeune homme subitement brise sa rêverie. 1h44.
« Tu ne m’as pas appelé aujourd’hui ? »
La demoiselle un peu désarçonnée : « Bah heu non… mais tu sais, des fois je reste une semaine sans appeler mes copines… »
– Nan c’est trop, deux jours maximum
– Ok… mais tu sais je pense quand même à toi…
– Nan j’ai dit deux jours maximum, voir au moins une fois par jour, c’est tout.
silences lourds
Elle : « Tu as l’air si fatigué, ça ira ? »
Lui… ben lui rien.

Ptite Fun est replongée dans ses pensées, et attends péniblement sa deuxième station de correspondance. Elle repense à ses 15 dernières années. Elle se dit que quand même, au-delà du problème de communication, il y a le manque de volonté de prendre soin de l’autre. En dépit des apparences, parce que l’on peut toujours trouver un contre exemple, une anecdote, une exception. Mais quand même. Elle y pense. Et elle soupire.

Et elle se dit aussi que c’est le choix qu’elle fait pour le reste de ses jours. La bienveillance. Faire la paix avec elle aussi. Cesser les reproches. Anéantir le jugement froid et implacable sans porte de sortie. Ne pas faire de mal quand on peut faire autrement. Regarder le monde avec tendresse et amour. Accepter la et les différences. Supporter sans souffrir que l’autre puisse vivre sa vie. Etre un petit maillon dans cette grande chaîne.

Et si c’est un petit maillon heureux, souriant, et bienveillant. Elle sait que son petit monde à elle, sera plus beau, plus doux, plein d’amour et de tendresse. Et que finalement, c’est la seule chose qu’elle souhaite. L’amour de la vie, avant tout.

Ptite Fun est arrivée. Elle glisse la clé dans la serrure, et remonte vite sur son fil. De là-haut, le monde est plus calme. Elle s’étire. Elle sent sur son épaule, un tout petit poids qui vient de la toucher. Elle regarde, et découvre, une toute petite, petite étoile, juste minuscule, dorée. Ce soir c’est elle, qui a finalement, une étoile sur son épaule. Elle en prendra soin.

Elle sourit.

Publicités