Là où s’arrêtent les mots

Silence de la salle. Ils attendent. Prêts.

Les siens aussi. Elle les regarde, mais surtout lui. C’est lui avec qui elle mourra ce soir. Elle respire, ferme les yeux, se concentre. Elle repense à tous les gestes qu’elle devra faire. Sa position. Lire la suite

Publicités

Quand le Delta palpite

Ils avaient déjà dansé ensemble. Agathe aime bien ce type là. D’abord il danse bien, vraiment bien. Il sent toujours bon. Il est discret, pas envahissant. Et puis, il se pourrait qu’il l’aime bien, elle a cru deviner quelques fois des petits signes.

Mais bon Agathe, elle a un autre mec dans le coeur, alors c’est plutôt porte close. Quelle que soit son histoire, et ce qu’elle vive, elle a fermé toutes les entrées. On n’est jamais trop Lire la suite

Comme le torrent

Evidemment, vous me lirez de jour mais je dois quand même vous raconter…
Que hier soir, mon rayon de soleil, à moi, n’était pas là. Un petit rayon de soleil malade, ce n’est pas banal.
J’étais certes, prévenue, mais juste, il n’était pas là, et ça faisait toute la différence.

Du coup, ce soir, j’ai beaucoup pensé à lui, et j’ai été prise d’une frénésie inconsciente. J’ai donné de mon énergie, comme si je voulais qu’elle lui parvienne. Tout ce que j’ai pu. Pour deux. Avec toutes mes tripes, toute ma joie, toutes mes pensées. Sans rien vouloir en retour. Sans même qu’il le sache. Et est-ce vraiment important qu’il le découvre ?

De toute façon, mon petit rayon de soleil, à moi, il a été clair : « Que des petits bouts de chemin, de temps en temps, au gré des vents, portés par les mélodies de la vie. » Bien Petit rayon de Soleil, je te suis, si c’est ce que tu souhaites, ça me suffit.
Ah ! Sauf exception, les week-end d’équinoxe… oui j’ai négocié, un peu, pour rire surtout.

Mais je dois vous dire… Moi, ce soir, j’ai été heureuse de voir tout ce monde sourire, vivre ensemble. J’aurais aimé qu’il soit là, c’est vrai. Le voir sourire aussi, heureux, vivant, et lire tout son abandon. Le voir se gaver de souvenirs, de complicité. Oh que oui, j’aime voir tout ça !

Mais voilà, mon rayon de soleil, à moi, n’était pas là.
Mais était-ce vraiment, je veux dire, vraiment, si important ?

Evidemment, j’aurais aimé le surprendre, cherchant à croiser mon regard. Découvrir l’invitation de sa main. Me retrouver près et contre lui.
Evidemment ! Parce que tu sais, un petit rayon de soleil, qui te met entre ses bras, ça fait toujours quelque chose, un gros quelque chose, qui fait tout chaud dedans la poitrine, crois-moi.
Alors, je me suis concentrée et j’ai pensé fort fort fort à tout ça et j’ai profité de la vie comme j’ai pu. Comme il l’aurait fait lui. Avec toute sa force, son éclat et son être.

De l’avoir dans mes pensées ce ptit rayon de soleil, moi, finalement, ça a suffit à recharger toutes mes batteries, et plus encore. Oui, moi je marche à l’énergie solaire, intérieure. C’est naturel comme truc, je ne fais aucun effort, et ça fait un bien fou !

Finalement, j’ai tiré le meilleur de moi, pour lui, si loin, pour mes pensées divagantes, et c’était facile ! J’ai fermé les yeux, j’ai respiré, j’ai écouté, et j’ai ressenti. Je me suis sentie vivante, et j’ai profité de l’occasion pour sublimer cette sensation.
Peut-être parce que je l’avais, là, juste là tout contre mon coeur, devant mes yeux, dans mes pensées, et, que sa petite lumière m’a réchauffé.
Oh oui ! Moi, ce soir, avec tout ça, j’ai le coeur gonflé à bloc, et je me sens heureuse. Tout simplement.

Tendrement, je souhaite qu’il se remette vite sur pied, mon petit rayon de soleil, mon petit bout de bonheur éphémère. Que deviendrait mon printemps sans lui, sinon ?
Peut-être aura-t-il reçu, quelques paillettes de toute cette énergie. J’espère tout ça, parce je t’assure, un petit rayon de soleil malade, c’est pas banal.

————————-