De la langue à la pelle

Mots-valise : Un mot-valise désigne un néologisme formé par la fusion d’au moins deux mots existant dans la langue de telle sorte qu’un de ces mots au moins y apparaisse tronqué, voire méconnaissable (source Wikipédia)

Le principe est simple.
Prenez deux mots différents, accouplez les, un nouveau vient de naître.
Donnez-en une définition.

—————————-

Adoratures : énergumène entre chien et loup aux doigts écumants
Animaladroit : animal gauche

—–

Badeleine : biscuit que l’on garde pour les moments difficiles
Bimbomagnat : nouvelle danse des fumeurs de havane
Brosse d’Adam : brosse l’appareil génital masculin
Bombe dermonuclaire : arme de déshabillage massif
Brome d’Adam : remplace la pomme d’Adam chez les eunuques
Bullblog : blog incisif.

—–

Cabanane : cabane à bananes
Cadhavre : corps reposant en paix
Capo-cabanane : cabane à bananes refermable
Cavabanane : caravane à bananes
Cavhavane : caravane à cigares
Chagale : peintre graveur d’origine russe qui avait une maladie de peau le démangeant
Chamouiller : chatouiller et tremper. Se dit des chattes en chaleur
Cha-puant : minou sentant le petit oiseau qui se néglige
Cococochonne : porc femelle parfumée et trompeuse

—–

Démélancolique : soin capillaire qui rend vraiment triste

—–

Époustoufilant : mari très volage
Escargo : navire transportant des maisons

—–

Flanc-tireur : combattant du moindre effort

—–

Guingoitte : salle de danse pour déséquilibrés

—–

Hachisch parmentier : spécialité culinaire fumante
Haleine de mouton : permet de se réchauffer par la voix

—–

Internenet : site réservé aux femmes

—–

Kro-lanta : jeu de télé-réalité avec des naufragés alcooliques
Khavane : cabane à cigares.

—–

Lifting : opération dans le but de monter au septième ciel
Lénifler : renifler comme Lénine

—–

Matouvu : chat tape à l’oeil
Minoubombe : chat explosif

—–

Nanavet : gros légume féminin

—–

Obrue : belle fille qui éclate
Obamo : qui parle en sourdine
Orthogaffe : mot malheureux

—–

Paparossi : journaliste spécialisé dans les chanteurs corses
Prêtsentiment : oeuvre de bienfaisance qui tourne mal
Plasmac : écran plat pour MacIntosh
Plhamac : hamac équipé d’un écran plat
Panobama : tout le patrimoine visible d’Obama
Pomme à dent : remplace avantageusement le dentier chez les hommes
Potos : potes qui restent maigrichons
Paperassis : amoncellement de conneries par une personne sénile, bornée et dangereuse

—–

Révulvolver : sexe capable de tirer 6 coups
Rapportheure : horloge d’angle

—–

Salsifis comme çà : méthode de cuisson qui énerve
Stridios : locaux barrés et simplets

—–

Tirer son  coucoup : onanisme suisse
Les-tas-unis : rassemblement de gros tas
Tapiocabanes : Souvenirs d’enfance mitigés
Tapiocachexie : Amaigrissement  lié au refus d’avaler sa bouillie

—–

Usurprés : voler dans les champs

—–

Végètnamien : habitant du Vietnam qui ne mange pas de chien

—–

Zhommebi : mort vivant s’attaquant aux filles et aux garçons

—————————–

« Vous qui n’êtes pas philosophes, vous inventez des notions ; vous dont l’imaginaire est pauvre, vous engendrez des amorces d’histoires auxquelles vous n’aviez jamais rêvé, et vous fabriquez des fantasmes qui ne sont même pas à vous… »

—————————–

Publicités

Ma mère démonte-toi !

Ma mère,
tantôt calme, tantôt agitée,
tantôt trouble, tantôt claire,
tantôt du Nord, tantôt des Caraïbes,
tantôt noire, tantôt morte,
tu m’as bercé temps et tant !

Écoute, cette histoire est la tienne.

Sous ton ALLURE de femme ARAIGNÉE, l’APPEL ARDENT de l’ARRIMAGE AMER se fait sentir. Tu largues les AMARRES, rend ton ACCASTILLAGE.
Tu retournes au port, retrouver tes marins.
A l’ARRIVÉE, tu t’es AVEUGLÉE. Tu n’es plus dans ton ASSIETTE.

Il a voulu te BAGUER, celui-là ?
La tête BASSE, tu avances.
Toi tu rêves de BERCEAU.
Ta BÉQUILLE t’a BERNÉ.
Met du BOME à ta BOSSE.
Attrape ma bouée, t’façon tu t’en BRANLES.
Cherche encore TON PREMIER BRIN, il n’est peut-être pas si loin…

Ta CHAMBRE, ta CHAPPELLE, ton CHARNIER…
tu CHASSES avec ton CUL, avec ta CHATTE.
Ta CARENE est meurtrie.
Tu CHOQUES ton CLAN.
Tous ces CORPS-MORTS, ces COUPLES CRAPAUDS, NAVIGANTs DE CONSERVE…

DAMES !
Tu DÉBORDES, Tu DÉVENTES, Tu DÉSARMES ?
Qu’as-tu pour ta DÉFENSE ?
Dans ce DÉTROIT, où DINGHY t’a DÉLESTÉ, DOUBLE AU VENT !

Ce n’est pas l’ÉCHAFAUD, tu n’es pas seule à t’ÉCHOUER.
Tu t’EMBELLIES tous les jours par les EMBRUNS de la LAME.
Tous les ÉTAMINES ERRENT EN GRAND.
ÉTRANGLE LA VOILE, pense à moi !

Sent comme il fait FRAIS, tu te FATIGUES par ce FLUX incessant.
Pourquoi tous ces matelots FRAICHISSENT-ils chez toi ?

Peut-être le GITE ?
Réponds ma mère !
Donne du GRAIN, fais disparaître de tes HANCHES ces GRÉÉMENTS.

Fait JAUGE NETTE de ta JARRETIERE.
Laisse tes JOUES s’emplirent de LUMIERES.
Fais de ta vie du LIBRE PRATIQUE !

Tu vas finir par la MATER cette MARIE-SALOPE !
Tu aimes encore trop la MAIN COURANTE et la MAILLE !
Et bien, prends mon MÉGAPHONE et hurle au MISTRAL que tu ne MOUILLES plus, que la MOUSSON a MOUCHETER SES CROCS.

NAGE vers ce NID DE PIE.
Tu as à présent l’OEIL DE LA TEMPETE !
OBEIS à ton instinct.
Rends d’OEUVRES MORTES les blessures de ton passé.
Pense à moi !

Regarde ce PHARE, il PIQUE L’HEURE.
Au PIED DE BICHE, tu arraches ce PIED DE PILOTE.
Il sera toujours PERDANT avec sa QUEUE DE RAT et ses QUILLES DE ROULIS.
Tu es un roc, ma jolie POUPÉE DE GUINDEAU !

Tu y es, tu es là…
RATTRAPPANT ce RAZ de marée, t’accrochant à la RAMBARDE, RAFRAICHISSANT les RAILS.
RAS le bol !
Pense aux REFLUX de ton corps !
Désire moi sans RELACHE.
Tu l’as trouvé ton ROUTIER, ton RENARD, tu connais déjà son rôle.
Il est la RISÉE du village ?
Qu’importe ! Pense à moi !
Attend qu’il te prenne sans RETENUE et donne-toi sans RELACHE dans le ROULIS du RESSAC.

Ta bouche de SAFRAN, ta SAVATE A SEC, ton SLIP SOUILLE, SANGLE la SAUVE-GARDE SERVIE dans son SILLAGE par la SYZYGIE.

TIENS BON ! Je ne suis pas si loin, je TALONNE ce TABLEAU.
Il te TOUCHE, ça TOURNE… ça TOURNE… ça TOURNE…
Par le TUNNEL de ce VENTRE arrondi, je suis ta VAGUE SATELLITE, ta VADROUILLE, ta VOIE D’EAU, ton YOUYOU…

Ma mère, je suis là !

————————-